Change Region:France

Top Menu - FR

Aide à la communauté druze

L‘ICEJ investit 45.000 $ dans une aide à l’éducation pour la communauté druze arabe

Version imprimableSend by email

Visite d’une délégation de l’ICEJ dans une communauté druze du Carmel

Estera Wieja
Juillet 2011

Parmi les diverses populations d’Israël, les Druzes forment une minorité unique. Ils comptent parmi leurs ancêtres le personnage biblique Jéthro, mais ils ont quitté les régions désertiques du Sinaï il y a quelque mille ans lorsque l’islam dominant a rejeté la forme particulière de leur culte musulman. Ils se sont alors installés dans les régions montagneuses du Liban et au nord d’Israël où ils ont réussi à survivre à des siècles de persécution musulmane.

La communauté druze d’Israël compte aujourd’hui quelque 120.000 membres qui vivent sur le Mont Carmel, sur les hauteurs du Golan et dans d’autres villages disséminés dans toute la Galilée. La plupart ont lié leur destin à l’état juif, bien que les relations puissent être tendues de temps en temps dans les villes druzes le long de la frontière avec la Syrie, où les Druzes ont des membres de leur famille de l’autre côté de la barrière.

La loyauté des Druzes envers Israël se traduit par une décision communautaire d’accepter le service militaire obligatoire dans l’armée israélienne. Cette décision date des années antérieures à la création de l’état d’Israël, alors que les Druzes s’étaient trouvés mêlés à la lutte israélo-arabe pour la terre et que l’organisation secrète, la Haganah, avait aidé les Druzes à créer un réseau d’auto-défense contre les attaques périodiques de maraudeurs arabes.

Leur enrôlement consenti dans l’armée israélienne est une grande source de fierté pour les Druzes, et ces jeunes adultes sont actuellement intégrés dans toutes les unités de l’armée Par contre, l’égalité reconnue pour tous les soldats druzes enrôlés dans Tsahal n’existe pas forcément dans la vie civile où les Druzes ne bénéficient pas toujours des mêmes droits que les autres secteurs de la population.

Malgré leur patriotisme, les Druzes n’ont pas la vie facile en Israël. Ils ont besoin d’une assistance extérieure pour les aider à améliorer leur niveau de vie et à s’assurer un avenir meilleur. L’ICEJ a donc décidé d’aider la communauté financièrement, afin de donner aux jeunes Druzes des chances supplémentaires de réussite dans les domaines de l’éducation et de l’emploi.

Pour cela, le service d’entraide de l’ICEJ s’est lié en partenariat avec l’Association du Lt.-Col. Saleh Falah pour apporter un soutien aux écoles druzes. Cette association, fondée en 2008 par des officiers druzes retraités, a pour but d’investir dans les jeunes avant leur service militaire. Elle aide également les soldats druzes démobilisés à s’intégrer dans la vie civile au moyen de bourses d’études et d’aides à l’emploi et au logement, ainsi que les Druzes âgés et handicapés de la communauté. L’association, financée uniquement par des dons privés, compte plusieurs membres, dont la plupart sont bénévoles.

L’ICEJ s’est jointe aux efforts de l’association pour améliorer l’éducation dans les écoles publiques par une contribution d’un montant initial de 30.000 $, dont la moitié a été investie dans l’école élémentaire mixte (druze/chrétienne) de la ville de Maghar.

L’objectif principal est d’augmenter le nombre d’adolescents druzes détenteurs d’un diplôme exploitable sur le marché du travail et capables de poursuivre des études supérieures. Il s’agit avant tout d’équiper les écoles d’ordinateurs, de labos de sciences et de moyens pour des activités hors programme pendant l’année scolaire.

Entretemps, 10.000 $ ont été attribués à des bourses universitaires, et les 5.000 $ restants à des œuvres sociales.

Merci de nous aider à poursuivre cette assistance si utile auprès de la communauté druze fidèle à Israël.

Libellé des chèques à adresser à ACIJ-France : « Communauté druze  »

 

Share this: