Change Region:France

Top Menu - FR

Histoire de l’ICEJ

Histoire et vision de l’ICEJ

Version imprimableSend by email

Opening of the ICEJ in 1980

Les débuts

Dans les années 1970, le Seigneur commença à parler au cœur de nombreux croyants dans le monde entier concernant la nation d’Israël et son rôle prophétique pour les temps modernes. Puis, dans l’été 1980, le Parlement israélien proclama la cité de Jérusalem capitale éternelle et indivisible de l’état d’Israël, telle qu’elle avait été établie 3000 ans auparavant par le Roi David. Des protestations s’élevèrent alors de la scène politique internationale, qui eurent pour résultat la fermeture de treize ambassades nationales situées à Jérusalem.

Un petit nombre de chrétiens qui vivaient en Israël à l’époque organisaient alors une célébration chrétienne pendant la fête juive des Tabernacles. Profondément attristés de voir Israël condamné une fois encore par les nations, ils sentirent que le Seigneur les appelait à manifester leur soutien au jeune Etat juif en ouvrant une Ambassade chrétienne dans la Cité du Grand Roi. Ils la nommèrent Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem. Elle devait représenter les chrétiens du monde entier et apporter des paroles de consolation et de soutien à Israël. Depuis lors, l’Ambassade exerce un ministère d’amour par des services concrets auprès des habitants du pays.

Depuis sa création, l’ICEJ s’est donné deux objectifs essentiels : premièrement servir de canal de réconfort et de bénédiction par lequel les croyants des nations peuvent manifester leur amour et leur soutien envers Israël ; deuxièmement, l’ICEJ veut être une voix prophétique dans cette génération rappelant au monde la volonté indéfectible de Dieu d’accomplir les promesses d’alliance qu’Il a faites aux patriarches d’Israël, à savoir qu’Il ramènerait un jour les enfants d’Israël sur leur terre légitime, puis qu’Il les rétablirait dans une juste relation avec leur Dieu, le Dieu d’Israël.

Aujourd'hui

Depuis trente ans, le personnel de l’Ambassade Chrétienne travaille assidûment, à Jérusalem et dans les nations, pour accomplir ce mandat divin. En dépit d’incessants obstacles et combats, l’œuvre a touché des centaines de milliers de chrétiens et de Juifs autour du globe à ce jour.

 


Evènements marquants de l’œuvre

Première célébration chrétienne de la Fête des Tabernacles en septembre 1980

 

Un millier de chrétiens de chaque pays sont montés à Jérusalem pour célébrer la Fête des Tabernacles par des chants, des danses, des temps de louange et d’adoration, en accord avec la prophétie de Zacharie (Zach. 14.16). Les chrétiens furent invités à la Grande Synagogue pour recevoir la bénédiction du Grand Rabbin Goren en personne. Et quinze responsables chrétiens furent invités à passer une heure à bavarder avec le Président d’Israël, Yitzhak Navon, à son domicile. Celui-ci leur dit « Vous me touchez profondément », et encore « Nous apprécions beaucoup ce que vous faites. »

Le jour de la Marche de Jérusalem, 400 chrétiens participaient, vivement encouragés et acclamés par les soldats israéliens reconnaissants du soutien des chrétiens à Israël. Au bord des rues, les gens redisaient sans cesse en hébreu « Soyez bénis, soyez bénis ! » -merveilleux présage de la prophétie messianique contenue dans le verset 23.29 de Matthieu : « Car je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez :  Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » et encore « Car celui qui vous reçoit me reçoit. »

Ouverture de l’ICEJ, septembre 1980

 

Teddy Kollek, Maire de Jérusalem, était présent à la cérémonie d’inauguration et fut vivement touché lorsque les représentants chrétiens des différentes nations lui présentèrent leur drapeau national, en promettant de prier pour la paix de Jérusalem au nom de tous les chrétiens de leur pays croyant en la Bible. Face aux caméras, aux journalistes et à un millier de chrétiens, le Maire décrivit ce moment comme une des expériences les plus émouvantes de sa vie. »

Protestation de Mardochée, Pâques 1981

 

A Pâques, l’Ambassade Chrétienne organisades manifestations dans plusieurs nations du monde pour soutenir les Juifs d’Union soviétique emprisonnés et les Prisonniers de Sion, les comparant à la situation d’Esther et Mardochée et des Juifs de Perse, autrefois. Les supporters de l’Ambassade à Jérusalem défilèrent jusqu’au quartier russe et clouèrent leur protestation sur les portes closes de l’église russe orthodoxe. La photo montre une des bannières utilisées lors de la manifestation qui a eu lieu à Washington D.C.

40 ans après la Shoah perpétrée sur le sol européen, le temps était mûr pour sonner de la trompette en faveur du peuple de Dieu. Cette manifestation, 88 années après le premier Congrès sioniste juif tenu par Théodore Herzl, donnait aux responsables chrétiens des quatre coins du globe l’occasion d’accorder leur position concernant le peuple juif et d’établir les bases théologiques de leur soutien à l’état juif restauré.

La Guerredu Golfe, 1991

 

Les victimes de la Guerre du Golfe furent emmenées dans des hôtels avec pour seul bagage les vêtements qu’ils avaient sur le dos. Ils avaient grand besoin d’articles de toilette et de joggings chauds. En une journée, l’ICEJ fit fabriquer ces articles par plusieurs usines. Le lendemain matin, Petra van der Zande, du Service social de l’Ambassade, et M. Zvi Givati, Officier de liaison de l’ICEJ, purent faire livrer ces cadeaux au 280 victimes par l’intermédiaire du Maire de Ramat Gan, Zvi Bar.

Pendant la Guerre du Golfe, la télévision israélienne avait diffusé une émission spéciale de 17 minutes sur l’ICEJ qui rapportait que les 50 membres de son personnel avaient décidé de rester en Israël alors que les missiles Scuds commençaient à pleuvoir sur le pays. Un encouragement était donné aux nations alors que les Israéliens regardaient des extraits de la vidéo de la Fête des Tabernacles montrant des chrétiens représentant 70 nations pendant la fête de Souccot. Ce programme avait été diffusé à une heure de grande écoute, juste avant le journal télévisé du soir, au moment où une majorité d’Israéliens ont pu le voir, car ils étaient confinés chez eux par crainte des Scuds.

Aide à l’aliyah, 1991

 

L’ICEJ commença à aider les Juifs de l’ex-URSS à rentrer en Israël. A l’époque, le seul passage était par Budapest et Varsovie. L’opération Exobus fut ainsi montée pour conduire les immigrants vers ces deux villes. Plus tard, lorsque des vols directs furent possibles, Exobus allait les chercher dans des villages éloignés pour les conduire jusqu’aux aéroports de Kiev et d’Odessa.

L’ICEJ parraina 50 charters d’immigrants sur une période de 8 ans pour les aider à rentrer en Israël. Le travail continue, avec davantage d’autobus et de centres utilisés pour faciliter l’aliyah

Le prix de la Knesset, 1991

 

L’ICEJ œuvre sans attendre de médailles ou de reconnaissance. Cependant, lorsqu’un honneur nous est fait, cela nous donne plus de crédibilité en Israël et parmi la communauté juive de la Diaspora. Cela facilite le travail de l’œuvre et le service que nous accomplissons pour eux.

En avril 1991, la Knesset a décerné à l’ICEJ le prix de la Qualité de la vie. L’ICEJ a utilisé l’argent de ce prix pour l’hébergement de Juifs soviétiques. Dans son discours, le membre de la Knesset invoqua la raison suivante pour l’attribution de ce prix à l’ICEJ :

« Nous avons recommandé l’attribution de ce prix à l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem pour l’énergie et la persévérance qu’elle déploie dans le domaine de l’éducation et de l’information en Israël et à l’étranger pour renforcer les liens entre Juifs et chrétiens, pour ses activités visant à promouvoir l’entente entre les Juifs et les Arabes en Israël et celles visant à approfondir la connaissance des Juifs et du sionisme parmi les chrétiens du monde entier, et pour encourager l’immigration des Juifs en Israël. »

Opération Salomon, 1992

 

Après qu’Israël ait secouru des milliers de Juifs éthiopiens par l’Opération Salomon, l’Ambassade apporta son assistance en vue de leur intégration en Israël avec l’aide du docteur Campbell Millar et de son épouse Ferne. Les Millar avaient travaillé en Ethiopie parmi les lépreux pendant quelque temps et connaissaient leur langue. L’ICEJ finança la construction de deux lieux de réunion pour les Ethiopiens à Beit Shean. Les immigrants furent examinés à l’hôpital Hansen à Jérusalem pour détecter tout signe de lèpre. Une aide supplémentaire leur fut apportée pour leur intégration par la fourniture d’articles de ménage, une assistance médicale et une aide à la recherche d’emploi.

Opération de sauvetage spectaculaire en Moldavie, 1992

 

Les Juifs de Moldavie ayant été pris entre deux feux lors d’un conflit régional à la mi-juin, l’Agence juive demanda à l’ICEJ de les évacuer de Bendery. Bien que basés à Kiev, à plusieurs centaines de kilomètres des combats, les équipes de l’ICEJ qui géraient les transports par bus n’hésitèrent pas à organiser une opération de sauvetage qui n’était pas sans risques. Ils envoyèrent immédiatement des autobus à Odessa d’où ils partirent dans la région en guerre au-delà du Dniestr, au sud-ouest de la république de Moldavie. En l’espace de 3 semaines, quelque 400 réfugiés juifs furent transportés en lieu sûr.

Repentance à Tolède, 1992

 

Des centaines de chrétiens espagnols étaient agenouillés dans la prière et la repentance à Tolède, arborant des bannières sur lesquelles était inscrite leur demande de pardon au peuple juif pour ce qui s’était passé en 1492. C’est en effet en 1492, sous le règne de Ferdinand et d’Isabelle, que les Juifs avaient été chassés d’Espagne.

Cinq cent ans plus tard, un rassemblement avait lieu au cours duquel une demande de pardon était adressée au peuple juif, représenté par Yitzhak Navon, ex-président d’Israël et d’autres anciens de la communauté juive espagnole. Navon avait répondu « Je me tiens ici devant vous, submergé par l’émotion et embarrassé. Je suis à la fois très ému par la chaleur et l’affection que vous portez à mon peuple et embarrassé parce que je ne suis pas habitué à ce genre de geste… Permettez-moi de vous dire très franchement que notre cœur est profondément reconnaissant, car vous nous redonnez foi en l’humanité et que vous semez en nous l’espoir d’un avenir meilleur dans les relations interpersonnelles et interreligieuses. »

Concerts de Noël, 1999

 

L’Ambassade donna trois soirées spéciales de concerts de Noël, du 24 au 26 décembre, à la veille des célébrations du millénaire qui eurent lieu un peu partout autour du globe. Ces manifestations aidèrent à remplir un vide pour les croyants du pays et les pèlerins chrétiens peu enclins à participer aux festivités organisées dans la ville de Bethléem contrôlée par les Palestiniens.

Deux grandes chorales des Etats-Unis et un orchestre composé principalement d’immigrants russes chantèrent des chants traditionnels de Noël et donnèrent une représentation de la nativité avec les animaux vivants la veille de Noël. Le Messie de Haendel fut joué le soir de Noël devant un auditoire nombreux d’israéliens, et le 26 décembre, l’auditoire se joignit aux gospels chantés en solo par quelques-uns des nombreux artistes réunis pour un véritable festival de chorales.

Aide aux refugiés libanais, 2000

 

Lorsque les Libanais du sud durent fuir à cause du retrait d’Israël du Sud-Liban, l’Ambassade se rendit sur les lieux où étaient hébergés les réfugiés pour voir si elle pouvait leur apporter une aide. L’ICEJ fut par les premiers à leur apporter des vêtements pour bébés et des articles de toilette, grâce à la réaction rapide de nos partenaires.

L’Alliance, 2001

 

La merveilleuse comédie musicaleL’Alliance, qui retrace l’histoire miraculeuse du peuple d’Israël, fut donnée pendant la Fête des Tabernacles de 2001 devant des milliers d’Israéliens.

 

Grafted, le service de l’ICEJ pour les jeunes de 18 à 30 ans, 2003

 

La vision de l’ICEJ pour les jeunes adultes s’est concrétisée par la fondation du service « Grafted », dans le but de former la prochaine génération de chrétiens sionistes. Son site internet et sa lettre de nouvelles dispensent des enseignements percutants et équilibrés sur Israël pour éduquer et édifier les jeunes. Grafted propose aussi des voyages en Israël où les jeunes peuvent à la fois découvrir le pays, approfondir leur connaissance des racines juives de leur foi et s’impliquer sur le terrain pour bénir le peuple de manière concrète.

Le comité des alliés chrétiens à la Knesset, 2004

 

L’ICEJ, parmi d’autres ministères sionistes chrétiens, furent invités à participer au Comité des alliés chrétiens avec des membres de la Knesset.  Ce comité existe pour faire prendre conscience aux Israéliens du soutien inconditionnel des chrétiens évangéliques, pour lancer des projets humanitaires communs au bénéfice des habitants nécessiteux du pays et pour enrôler les chrétiens dans des tentatives visant à améliorer l’image d’Israël dans les nations.

La Coalition Européennepour Israël, 2004

 

La Coalition Européennepour Israël a été fondée officiellement à Bruxelles lors d’une conférence sur l’antisémitisme organisée par le Congrès juif européen. Premier groupe de pression du Parlement européen, la coalition a pour but de mobiliser un soutien pour l’Etat d’Israël, présenter une image équilibrée du conflit arabo-israélien si complexe et prendre position contre la vague montante d’antisémitisme et d’antisionisme en Europe.  L’ICEJ est fière de compter parmi les ministères chrétiens pro-Israël qui participent à cette coalition avec les électeurs paneuropéens et mondiaux.

Les amis chrétiens de Yad Vashem, 2006

 

Lors de la Fête des Tabernacles d’octobre 2006, l’ICEJ et Yad Vashem se sont liés en un partenariat historique pour créer un service chrétien à Yad Vashem visant à unir leurs forces respectives pour combattre l’antisémitisme.

L’édition chrétienne du Jerusalem Post, 2006

 

Le Jerusalem Post est l’organe d’information sur Israël, le Moyen-Orient et le monde juif le plus largement reconnu et le plus fiable. En 2006, l’ICEJ a été invitée à entrer en partenariat avec le « Post » pour produire une édition chrétienne visant à mieux informer le monde chrétien sur ce qui se passe réellement en Israël.

Grâce à une large contribution du personnel et des directeurs de l’ICEJ, l’édition chrétienne du Jerusalem Post offre aux chrétiens du monde entier un magazine mensuel de grande qualité consacré à leurs intérêts particuliers.

100.000 Juifs aidés à faire leur Aliyah, 2006

 

Lors de la Fête des Tabernacles de 2006, l’ICEJ a été fière d’annoncer qu’elle avait atteint le nombre de 100.000 Juifs qu’elle avait aidés à rentrer chez eux. Plus d’un million de Juifs ont immigré en Israël depuis 1989 ; autrement dit, un Juif sur dix a été aidé d’une façon d’une autre par l’ICEJ pendant cette période. L’ICEJ a investi plus de 40 millions de dollars sur l’Aliyah pour atteindre ce chiffre.

Aide aux réfugiés soudanais, 2007

 

Lorsque 37 Soudanais désespérés fuyant la persécution des Musulmans traversèrent la frontière de l’Egypte pour entrer en Israël en juin 2007, l’ICEJ réagit immédiatement en prenant soin de ces pauvres réfugiés. Cette initiative audacieuse lança l’Opération Espoir, qui devint un projet de l’ICEJ à part entière, destiné à garantir un meilleur avenir à des centaines de réfugiés soudanais en Israël.

Des abris anti-bombes pour Sderot, 2008

 

En réponse aux attaques de milliers de roquettes et d’obus de mortier lancés depuis la bande de Gaza, l’ICEJ mobilisa ses supporters et collecta des fonds pour placer six abris anti-bombes, dans le cadre de l’Opération Lifeshield, dans la ville assiégée de Sderot.

Etant donné les 15 courtes secondes pour trouver un abri dès le déclenchement de la sirène, l’installation d’abris anti-bombes représente une mesure vitale pour les pauvres Israéliens traumatisés.

Pétition contre l’obtention de la bombe nucléaire par l’Iran, 2008

 

Le jeudi 18 septembre, l’ICEJ a envoyé une pétition au Secrétaire des Nations Unis Ban Ki-Moon, signé par plus de 55.000 chrétiens de plus de 120 pays du monde, demandant que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad soit inculpé pour incitation au génocide contre Israël. La pétition fut remise au Nations Unis la veille de la visite du chef iranien à New York où il devait prendre la parole la semaine suivante lors de l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU. Il y fut accueilli par une grande manifestation qui exigeait une réaction plus forte de l’ONU et des nations devant la menace nucléaire grandissante que représentait l’Iran.

La Fête des Tabernacles attire un nombre record de participants, 2008

 

Près de 8.000 chrétiens d’une centaine de nations ont participé à la célébration annuelle de la Fête des Tabernacles à Jérusalem, battant tous les records des 29 années précédentes et bravant la crise des marchés mondiaux.

Le groupe le plus important venait du Brésil, avec 1.500 participants, alors que les groupes de Finlande, Allemagne, Norvège et Etats-Unis totalisaient environ 500 participants. 

Au secours d'Israéliens piégés sous les tirs de roquettes, 2009

 

Lorsque les forces israéliennes reçurent l'ordre de combattre les attaques de plus en plus intenses de roquettes du Hamas dans les premiers jours de 2009, l'ICEJ a réagi rapidement pour venir à l'aide des communautés israéliennes assiégées le long de la frontière de la bande de Gaza. Nos efforts, en association avec ceux des travailleurs sociaux locaux, permit à des centaines d'adolescents, de personnes âgées et de familles démunies de faire une pause en Galilée et à Eilat, loin de la terreur des combats du front.

Quelques jours après le début du conflit de Gaza, en janvier, des protestaires du monde entier affluèrent dans les rues pour manifester une hostilité envers Israël alimentée par les mensonges des médias. Par bonheur, de nombreux chrétiens amis d'Israël ont aussi envahi les rues pour manifester leur solidarité envers Israël dans tous les continents, y compris au Costa Rica, aux Philippines, au Danemark, en Finlande et au Royaume Uni. A Oslo, la police des émeutes s'est jointe aux supporters de la branche norvégienne de l'ICEJ et a dispersé les violents émeutiers pro-palestiniens avec des gaz lacrimogènes.

Boycott de la campagne de Durban II, 2009

 

Le vendredi 17 avril, l’ICEJ envoya une pétition à la Maison Blanche, conseillant vivement au président Obama de résister à la demande pressante d’envoyer une délégation à Durban II, le deuxième sommet international des Nations Unies sur le racisme. Ce rassemblement sensé traiter des « droits de l’homme » était destiné à réviser les résultats du fiasco haineux qui s’était tenu à Durban, en Afrique du Sud, pendant la semaine des attaques du 11 septembre 2001. 

Tout comme en 2001, Durban II allait prendre la tournure d’une conférence anti-Israël de plus avec l’objectif établi de le designer comme un état apartheid illégitime. L’arrivée du président iranien Ahmadinejad à Genève promettait aussi de transformer l’événement en une véritable farce.

Près du lieu de la conférence, à Genève, les présidents des branches nationales de l’ICEJ de Suisse, France et Russie s’unirent à des centaines de chrétiens et de Juifs venus protester avec des manifestants genevoix contre la conférence de Durban II et en mémoire de la Shoah.

A Prague, le président de la branche tchèque, Mojmir Kallus, conduisait une manifestation qui entraîna le retrait de sa nation de Durban II quelques heures avant la tirade d’ouverture d’Ahmadinejad. 

A Jérusalem, le directeur international Jürgen Bühler réfuta l’accusation de racisme israélien lors d’un important débat sur la chaîne satellite arabe Al-Hurra.

En fin de compte, les US, l’Australie et l’Allemagne furent parmi la poignée de démocraties occidentales importantes à se joindre à Israël et au Canada à la dernière minute pour boycotter le rassemblement. L’ICEJ est fière d’avoir joué un rôle dans le concert des voix du monde juif et du monde chrétien qui l’appelaient à rester à l’écart et à observer le soutien de la base représenté par les 5.000 activistes signataires de la pétition pour le boycott du sommet de Durban I

Au secours de Haïti, 2010

 

Le 13 janvier , dans les heures qui ont suivi le terrible tremblement de terre d'une magnitude de 7.0 qui a dévasté la nation de Haïti, dans les Caraïbes, une équipe israélienne de secours venait de terminer une opération de secours de 18 heures sur le site d'un crash mortel d'hélicoptère près de Mexico City. « Nous étions les plus proches », a commenté Dovie Maisel de l'unité de secours ZAKA International qui s'est trouvée parmi les premiers secouristes sur le site de Port-au-Prince. « Nous étions pratiquement les seuls ». Lorsque l'équipe israélienne a atterri sur le site du tremblement de terre, les responsables de ZAKA ont téléphoné d'urgence au directeur de l'ICEJ, Malcolm Hedding, lui demandant que l'Ambassade puisse s'associer à eux pour leurs opérations de recherche et de secours à Haïti.

Dans les 38 heures d'opérations très difficiles qui suivirent, l'équipe réussit à extraire huit étudiants d'un bâtiment d'université de plusieurs étages. Cette opération de secours a été financée par la générosité de donneurs de l'ICEJ du monde entier.

En l'espace que quelques heures, l'équipe médicale de ZAKA est arrivée à Port-au-Prince avec une délégation de 200 soldats de l'IDF, des memhres de Magen David Adom et d'IsraAid. Alors que les dons continuaient à affluer, le contingent de secouristes israéliens a gagné l'admiration du monde entier par son héroïsme.  L'hôpital de campagne de l'IDF a été salué comme la mission de secours étrangère la plus compétente pour effectuer des opérations chirurgicales complexes sur la zone du désastre, et une jeune femme enceinte qui venait d'être sauvée a donné naissance à son fils qu'elle a nommé "Israël" par reconnaissance envers ses sauveteurs.

Le Foyer de Haïfa pour survivants de la Shoah, 2010

 

En avril 2010, l'ICEJ a inauguré un nouveau foyer pour survivants de la Shoah dans la ville côtière de Haïfa, au nord d'Israël. L'opération a été largement menée par la branche allemande de l'ICEJ. La réalisation de ce foyer témoignait de notre engagement à aider les quelque 210.000 survivants de la Shoah que compte Israël, à finir leurs jours dans la dignité. Le foyer prévu initialement pour héberger un maximum de 80 résidents a été reconnu dans tout le pays comme un modèle pour résoudre le problème grandissant que représentaient les conditions de vie précaires de nombreux survivants de la Shoah en Israël. 

La Foyer de Haïfa - Phase II, 2011

 

Notre aide aux survivants de la Shoah âgés du nord d'Israël s'est poursuivie en 2011 par l'acquisition de deux immeubles situés de part et d'autre du premier, dans la même rue de Haïfa. De gros travaux de rénovation ont permis d'augmenter la capacité d'hébergement à 125 résidents à qui sont fournis le gite, le couvert et des soins médicaux. La phase d'agrandissement du foyer a été terminée en 2011. Deux immeubles délabrés ont été transformés en un magnifique complexe comprenant une partie habitation, une cuisine et une salle à manger, une synagogue, des jardins, ainsi qu'une clinique médicale et une clinique dentaire ouvertes à d'autres survivants de la Shoah démunis de la région de Haïfa. 

Des médecins et des infirmières d'hôpitaux locaux se portent volontaires pour prendre soin de la santé des résidents, et la cuisine du foyer nourrit maintenant de nombreux survivants de la Shoah du voisinage.

Fin de l'Aliyah d'Ethiopie, 2011

 

Une année de sècheresse et de troubles politiques a forcé les autorités israéliennes à accélérer l'Aliyah longtemps retardée de milliers de Falash Mura d'Ethiopie - une  communauté ancienne et isolée de Juifs qui rêvait depuis toujours de rentrer un jour à Sion. En août 2011, le premier vol financé par l'ICEJ a atterri à l'aéroport de Ben Gurion. Par la suite, les branches de l'ICEJ de toutes les nations ont collecté des fonds afin de ramener le dernier contingent de Juifs éthiopiens sur leur terre anscestrale.

C'est donc le dernier chapitre d'une histoire qui a commencé il y a environ 23 ans, avec l'Opération Moïse, un pont aérien spectaculaire pour secourir des milliers de Juifs éthiopiens fuyant la guerre civile dans leur pays pour essayer de regagner Israël à pied en traversant le Soudan. Depuis lors, l'ICEJ continue à  aider la communauté éthiopienne en Israël en finançant des thérapies psychologiques, des programmes parascolaires, des camps d'été et des bourses d'étude pour les adolescents et les jeunes Ethiopiens à risque.

Percée dans l'aide au secteur arabe,  2011

 

En 2011, l'ICEJ a financé l'enquête la plus détaillée jamais entreprise sur le travail social dans le secteur arabe de la nation dans le but d'aider le gouvernement israélien à cibler les problèmes les plus critiques de cette communauté. Bien que les Arabes d'Israël jouissent d'un niveau de vie supérieur à celui des autres populations de la région, l'étude de 85 pages a montré que les travailleurs sociaux étaient surchargés par la gestion de cas très lourds concernant des familles entières et qu'il n'y avait pas suffisamment de spécialistes pour s'occuper des enfants à risque.

Ce projet entre pleinement dans la mission de l'ICEJ qui a toujours été de manifester l'amour de Jésus à toute la population sur la terre d'Israël.

 

Share this: