Change Region:France

Top Menu - FR

La participation de L’ICEJ à l'Aliyah

L'ICEJ a aidé 110.000 Juifs à rentrer en Israël au cours des deux dernières décennies

Version imprimableSend by email

L’ICEJ aide à faire rentrer le peuple juif sur sa terre

Howard Flower
Publié le 29/03/2011

 

 

 

« Le 28 mai 1990, à l’aube, le premier vol parrainé par des chrétiens et transportant des Juifs soviétiques arriva en Israël à l’aéroport Ben Gourion. Lorsque les nouveaux immigrants descendirent de l’avion El Al, ils furent accueillis par une foule joyeuse de chrétiens chantant, et beaucoup éclatèrent en sanglot. A la vitesse de l’éclair, la nouvelle se répandit dans les médias israéliens. C’était comme un moment prophétique qui toucha les gens au travers du pays et dont la nouvelle parvint durant des semaines et des mois aux oreilles des chrétiens du monde entier. »

Ce vol avait été décidé et organisé lors de la conférence des Directeurs nationaux de l’ICEJ en Finlande, un peu plus tôt dans l’année. Ulla Järvilhehto, présidente de la branche finlandaise de l’ICEJ, raconte comment cela s’était passé : « Nous avions eu une réunion de représentants en Finlande et les Allemands avaient apporté de l’argent pour Exodus. Nous avons alors demandé à l’Ambassadeur d’Israël en Finlande, Asher Naïm, quel serait le meilleur moyen d’utiliser cet argent pour l’Aliyah. Il suggéra que nous financions un vol. Les Allemands ont accepté. Ils avaient l’argent pour la moitié d’un vol et la branche finlandaise paya l’autre moitié. C’est l’histoire du tout premier vol de l’ICEJ baptiséEzechiel ».

A la fin des années 1990, l’ICEJ avait ainsi financé 54 avions pleins et ramené plus de 15.000 Olim « sur les ailes des aigles ».

Dans la décennie suivante, l’ICEJ a repris les programmes de vols en finançant des vols de groupes et d’individuels de Finlande, Russie, Suède et France.

Les vols ont continué après la fermeture des bureaux de l’Agence juive en Finlande, en 2004, pour des raisons budgétaires. Le nombre d’Aliyah de l’ex-Union Soviétique avait chuté et moins d’argent y était consacré. Ulla et le Comité d’Exodus proposèrent de reprendre la responsabilité des vols d’Aliyah via la Finlande et même de payer les billets d’avion. Les Israéliens acceptèrent cette offre avec gratitude. Dès lors, les Olim furent acheminés par vols charters via la Finlande car El Al avait aussi cessé les vols directs depuis Helsinki, ce qui rendait la situation encore plus complexe.

Ulla me dit : « Howard, la Bible est remplie de versets qui parlent du plan de Dieu pour Israël et les Juifs, mais il y a une chose que Dieu nous demande spécifiquement de faire, c’est de ramener le peuple juif sur sa terre ! »

Comme beaucoup de Finlandais vont visiter Israël chaque année, des vols charters étaient organisés. Au début, les avions revenaient à moitié vides en Israël une fois que les Finlandais étaient rentrés chez eux sur le vol charter israélien ; nous en avons profité pour acheter des places dans ces avions vides afin de ramener les Juifs russes, ce qui fonctionnait très bien.

Dans les années qui ont suivi, la compagnie aérienne finlandaise essaya de réduire le nombre de sièges vides par souci d’économie, aussi nous avons commencé à mettre les Juifs russes dans le même avion que les chrétiens finlandais qui se rendaient en Israël en pèlerinage ou en voyage touristique. Les chrétiens sionistes étaient ravis de ramener ainsi des familles juives en Israël, tous allant dans la même direction.

Plus tard, les Olim suédois furent heureux de pouvoir se joindre à nos vols finlandais, poussés à faire leur Aliyah cause du terrible antisémitisme musulman qui sévissait dans des villes telles que Stockholm et Malmö.

Aujourd’hui l’antisémitisme musulman pousse également les Juifs français à faire leur l’Aliyah et l’ICEJ a décidé de démarrer des vols depuis la France en décembre 2010.

Le prophète Esaïe a écrit : « Et ils (les Gentils) amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Eternel… à ma montagne sainte, Jérusalem, dit l’Eternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur. »  (Esaïe 66.20).

Dans le livre d’Enoch (texte juif), nous trouvons une référence sur le retour des exilés : « dans des chariots portés par les vents, les exilés seront transportés dans un bruit puissant ». Cela voudrait-il dire que les juifs reviendraient en avion ? Bien-sûr !

Pourquoi le Seigneur hisse-t-il sa bannière vers les Gentils ? Son plan est de ramener les enfants d’Israël à la maison, comme signe pour les non croyants qu’Il est Dieu et que sa Parole est Vérité. Ceux qu’Il appelle à contribuer sont le corps des croyants qui lisent sa Parole, comprennent son plan et, conduits par l’Esprit Saint, répondent à son appel de ramener les exilés sur leur terre.

Un autre exemple se trouve dans les livres d’Esdras et de Néhémie, lorsque les Gentils aidèrent les Juifs à rentrer chez eux après leur captivité à Babylone. Le prophète Esaïe avait prédit cela quatre cent ans auparavant !

En Genèse 15, Dieu fit une promesse à Abraham. Dieu dit : « Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les  opprimera pendant quatre cents ans. Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses. »

Quand les enfants d’Egypte sortirent de captivité, les Egyptiens leur donnèrent toutes sortes d’objets de valeur que les enfants d’Israël utilisèrent pour construire le Tabernacle. Et aujourd’hui, nous les croyants, sommes le Tabernacle, et Dieu habite dans notre cœur.

En plus du financement des vols, l’ICEJ s’est impliquée dans plusieurs autres sphères de l’œuvre de l’Aliyah. Dès 1981, avec la « Protestation de Mardochée », l’ICEJ a organisé des manifestations tout autour du globe afin de soutenir les Juifs soviétiques emprisonnés. Lorsque la grande vague d’Aliyah a commencé, l’ICEJ a aidé les Juifs russes à rentrer en Israël via la Finlande, en finançant des vols et des autocars qui conduisaient les Juifs à Varsovie et Budapest. Et c’est à Budapest que s’est établi le Centre Raoul Wallenberg de l’ICEJ, comme refuge pour les Juifs ukrainiens en partance pour Israël. Ensuite, l’ICEJ a envoyé un autocar de Finlande en Ouzbékistan pour aider au transport de l’Aliyah de ce pays. Nous avons toujours des « pêcheurs » en Ouzbékistan qui continuent à œuvrer pour aider les Juifs à rentrer en Israël.

L’ICEJ a ensuite initié des programmes d’assistance aux Juifs de l’ex-Union Soviétique qui avaient émigré aux Etats-Unis, au Canada et en Allemagne. Donna Holbrook, présidente de la branche canadienne de l’ICEJ, a lancé un de ces programmes. Durant une réunion de l’ICEJ dans les montagnes suisses, Donna Holbrook m’a confié : « Howard, le Seigneur m’a montré que les Juifs russes reviendront en Israël par le Canada. J’ai parlé à Malcolm Hedding et il me l’a confirmé. D’où penses-tu qu’ils viendront et comment pouvons-nous les aider ? » Un peu plus tard, et après avoir longuement prié, j’ai répondu à Donna : « ils sont déjà au Canada. Lorsqu’un million de Juifs russes ont émigré en Israël, 800.000 autres se sont installés aux Etats-Unis, au Canada et en Allemagne, tout comme leurs ancêtres l’avaient fait après les pogroms il y a plus de cent ans. » Après les événements du 11 septembre 2001, les Juifs russes des Etats-Unis et du Canada ont commencé à rentrer en Israël. Donna a organisé ce programme qui se poursuit toujours aux Etats-Unis et au Canada.

Plus de 110.000 Juifs ont été aidés d’une manière ou d’une autre par l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem à rentrer en Israël. Des milliers de personnes ont été directement impliquées dans cette œuvre ces 22 dernières années. Plus de 42 millions de dollars ont été dépensés pour ramener le peuple de Dieu sur sa terre. Tant d’histoires pourraient être racontées sur ce projet. Comme j’aimerais remercier chacun pour sa contribution !

Aujourd’hui le travail continue en Russie, en Biélorussie, en Ouzbékistan et dans les pays baltes. Comme à l’époque de grande vague d’Aliyah soviétique, l’ICEJ a répondu aux demandes d’aide de l’Agence juive. L’un de nos tout nouveaux projets est d’aider à financer le programme « Tapis rouge » de l’Aliyah qui aide les Olim à obtenir tous leurs documents essentiels, comptes bancaires, téléphones portables, etc. dès leur arrivée en Israël, en 24 heures. Les Olim restent une nuit ou deux dans l’un des beaux hôtels de Jérusalem et assistent à une grande fête de l’Aliyah suivie d’une cérémonie de remise de leur carte d’identité israélienne. La Bible dit que les rachetés du Seigneur retourneront à Sion en chantant !

Aidez-nous à soutenir l’œuvre de l’Aliyah !

Adressez vos dons à l'ACIJ-France en notant « Aliyah et intégration » au dos de votre chèque
 

 

Share this: