Change Region:France

Le monde en 2013

La vision de l’ICEJ pour la Nouvelle Année

Version imprimableSend by email
Le monde en 2013

Nous vivons dans une époque vraiment extraordinaire ! De grandes mutations se produisent qui vont transformer notre monde pour des décennies. L’Union Européenne, autrefois locomotive, lutte aujourd’hui pour sa survie. Des nations entières sont au bord de la faillite, tandis qu’en même temps, le christianisme est en déclin dans nos sociétés occidentales post-chrétiennes. Les Etats-Unis ne sont pas exonérés de sérieux problèmes économiques, alors que des nations comme la Chine et l’Inde sont en plein essor. Le Moyen-Orient est en plein chaos. Pour beaucoup de chrétiens, l’avenir s’annonce sombre.

L’Eglise future

Pourtant, des évènements positifs se produisent qui nous échappent car ils ont lieu en dehors du monde occidental. Pour les chrétiens de l’Occident, l’esprit séculier et l’Islam semblent gagner sur tous les fronts. Mais ils devraient regarder ce qui se passe dans l’hémisphère sud où le christianisme a maintenant le vent en poupe.  Le chercheur américain Philip Jenkins, dans son livre « The Next Christendom » (La chrétienté future) décrit de façon détaillée une révolution religieuse sans précédent qui est en train de se produire. Alors que l’Europe est en train de perdre son identité chrétienne et que l’influence de l’Eglise diminue, le christianisme est vivant et prospère dans le Sud (Amérique latine, Afrique et Asie du sud-est).

En Afrique, le nombre de chrétiens a triplé, de 140 million en 1970 à 490 million en 2010. Si cette croissance continue, l’Afrique comptera plus d’un milliard de chrétiens en 2050. Alors que l’Europe reste encore le continent qui compte le plus grand nombre de chrétiens (590 million environ), elle sera dépassée dans les années à venir par l’Amérique latine et l’Afrique.

Le dénominateur commun de ces nouvelles expressions du christianisme est une foi simple dans la Bible et l’attente du surnaturel de Dieu. Selon le professeur Jenkins, le courant chrétien qui a la plus grande croissance est le mouvement pentecôtiste/charismatique. Ce qui avait commencé en 1906 comme un petit réveil s’est transformé en un mouvement de plus de 700 million de croyants. Jenkins prédit que, si cette croissance dynamique perdure, nous verrons le nombre de pentecôtistes et de charismatiques s’élever à plus d’un milliard.

Il entrevoit aussi une nouvelle réforme du christianisme avec, pour centre mondial de la chrétienté, non plus Genève, Londres ou Rome, mais des lieux tels que Kampala, Sao Paolo ou Manille. Même en Indonésie, le plus grand pays musulman en termes de population, l’Eglise connaît un réveil depuis plus de trente ans.

Il est intéressant de noter que les théologies libérales sont pratiquement inexistantes dans ces contrées, comme d’ailleurs la théologie du remplacement. Selon Jenkins, le protestantisme libéral n’ayant jamais réellement fait partie du courant principal du christianisme, il perdra rapidement toute signification dans les décennies à venir.

En tant  que représentants de l’ICEJ, nous avons été témoins de ces changements au cours de nos voyages. Nous voyons que ces églises vivantes dans le Sud non seulement partagent une foi simple dans la Parole de Dieu, mais sont aussi unies dans un amour profond et une passion pour Israël et le peuple juif. Il y quelques années, lorsque j’ai demandé au responsable d’une des églises souterraines de Chine d’où leur venait leur amour pour Israël, il m’a répondu : « Nous lisons simplement la Bible ». C’est aussi simple que ça.

Tout cela montre qu’il existe un potentiel réel pour de profonds changements politiques dans les décennies futures. Dans certains pays, le réveil du christianisme touche déjà une large portion de la population. Cela se traduira à plus ou moins brève échéance par une influence sur la vie politique. L’année dernière, déjà, nous avons vu le Nigéria refuser de voter automatiquement pour un état palestinien au Conseil de Sécurité de l’ONU, à cause de l’influence des chrétiens dans son gouvernement. D’autres nations pourront bientôt suivre cette tendance.

Si vous vivez en Europe où ailleurs dans le Nord, j’aimerais vous encourager par ces paroles de Jésus :

« Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. »(Jean 4. 35).

Trop souvent, nous, chrétiens occidentaux, sommes devenus trop pessimistes et même fatalistes quant à notre avenir. Si Dieu peut agir avec puissance en Afrique, en Chine et au Brésil, alors il y a aussi de l’avenir pour la France, l’Allemagne et l’Italie.  Nous vivons au temps de la moisson ! Ne dites pas que votre pays n’est pas encore prêt pour la moisson !

L’avenir du monde arabe

Les évènements qui ont conduit aux soulèvements arabes ont pris les agences les plus averties par surprise. Petit à petit, alors que des éléments épris de liberté ont déclenché les révolutions, il est devenu clair que beaucoup de ceux qui se rassemblaient dans les rues ne recherchaient pas une démocratie à l’occidentale mais plutôt une forme plus stricte de l’islam. Le peuple égyptien vient de voter pour l’adoption d’une constitution basée sur la loi islamique, la  sharia. Il devient donc de plus en plus difficile pour les arabes chrétiens de rester dans ce pays et beaucoup cherchent refuge dans des pays occidentaux.

Dans le Psaume 18, David invoque Dieu dans une grande détresse. Le Seigneur descend du ciel et intervient d’une manière plutôt inhabituelle :

« Il abaissa les cieux, et il descendit : il y avait une épaisse nuée sous ses pieds. Il était monté sur un chérubin… Il faisait des ténèbres sa retraite, sa tente autour de lui. Il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages. »(Ps. 18.10-12)

La fin de l’histoire est, bien entendu, le salut et la rédemption. « Il me délivra de mon adversaire puissant… » (Ps 18.18). Pourtant, quand Dieu est arrivé pour secourir le psalmiste, il est venu avec « une épaisse nuée sous ses pieds » et faisant « des ténèbres sa retraite ».

Vous avez peut être expérimenté cela vous-même. Lorsque Dieu vient pour délivrer, il semble parfois que les choses aillent plus mal pour un moment. Ceci est souvent vrai pour des nations entières.

La Chine qui connaît un grand réveil aujourd’hui en est un bon exemple. En 1948, le christianisme en Chine faisait des progrès remarquables. Le Chine comptait près d’un million de croyants qui priaient et espéraient que cette croissance se poursuivrait. Mais c’est alors que la révolution communiste eut lieu et que tous les missionnaires occidentaux furent expulsés. Il sembla pour un temps que c’était la fin du christianisme en Chine. L’Eglise traversa une terrible période de persécution et d’épreuves. Mais au milieu de ces ténèbres, le réveil éclata et, il y a quelques années, le gouvernement chinois déclara que le nombre officiel de chrétiens en Chine s’élevait à plus de 100 million.

La même chose se passe en Iran aujourd’hui. Quand les Ayatollahs ont pris le pouvoir à la fin des années 1970, il semblait qu’un épais nuage de ténèbres s’était installé sur l’ancienne Perse. Les chrétiens étaient persécutés, les pasteurs emprisonnés et même exécutés. Mais voilà que les églises commencèrent à grandir. Avec quelques centaines de croyants au départ, l’Eglise a aujourd’hui atteint plusieurs millions. En fait, l’Eglise d’Iran connaît la croissance la plus rapide du monde. J’ai récemment reçu un rapport de pasteurs iraniens disant que 5.000 personnes se font baptiser tous les mois dans la seule ville de Téhéran.

Alors, bien que les ténèbres semblent descendre sur beaucoup de pays arabes aujourd’hui et que la persécution soit en augmentation, je crois profondément, au fond de mon cœur, que Dieu est en train de visiter le monde arabe. Il est en train de répondre à des décennies de prière pour un réveil parmi les fils d’Ismaël.

Lorsque vous regardez du côté du Moyen-Orient, regardez cette région avec les yeux de la foi. Continuez à prier pour un réveil au Liban, en Syrie, en Jordanie et en Egypte, qui ont une frontière commune avec Israël. Mais priez aussi pour toutes les nations du Moyen-Orient ; que l’Esprit de Dieu soit déversé puissamment sur toutes ces contrées qui furent jadis le berceau du christianisme.

L’avenir d’Israël

A la réception annuelle pour les leaders du clergé d’Israël, le président Shimon Peres a ouvert la réunion par une étonnante déclaration : « Les relations entre Juifs et chrétiens n’ont jamais été aussi bonne qu’aujourd’hui ».

Il faisait référence aux nombreuses églises historiques de la Terre Sainte, et a mentionné en particulier les relations avec le Vatican. Il est certain qu’il y a eu des progrès avec ces églises, mais c’est avec le mouvement évangélique grandissant qu’Israël a vu les plus grands changements. Beaucoup de leaders israéliens reconnaissent aujourd’hui le potentiel de ces relations. Qu’un « Comité des alliés chrétiens » existe aujourd’hui à la Knesset avec des chrétiens évangéliques en dit long.

En même temps, Israël va continuer à se développer en tant qu’innovateur en haute technologie et phare de démocratie au milieu d’une région tourmentée. Le président  international de l’Agence Juive, Eliezer Sandberg, m’a récemment partagé son espoir dans l’avenir d’Israël.

« Les premières vagues d’Aliyah étaient motivées par de forts sentiments sionistes. L’immigration future sera en partie la décision de Juifs de la diaspora d’aller vivre en Israël pour participer à une grande réussite historique en science et haute technologie dans ce pays », m’a-t-il dit.

Ce qui jette une ombre sur tout cela est le conflit avec les Palestiniens non encore résolu. Une nouvelle approche doit être trouvée qui puisse apporter la paix pour cette région. A ce sujet, le président Peres a donné un point de vue intéressant lors de la réception du Nouvel An :

« Notre nation n’est pas divisée entre les gens qui veulent la paix et ceux que ne la veulent pas. Elle est divisée entre ceux qui croient que la paix est possible et ceux qui ne la croient pas possible. »

En tant que chrétiens, nous devons nous engager pour la paix. « Heureux les artisans de paix » a proclamé Jésus. Cependant, la paix véritable ne viendra que lorsque les cœurs auront été transformés. C’est donc d’un déversement d’un « Esprit de grâce et de supplication » que le peuple d’Israël a le plus besoin. C’est pourquoi nos prières sont si importantes aujourd’hui.

L’ICEJ en 2013

A Jérusalem, le personnel de l’ICEJ a débuté la nouvelle année par un temps de prière et de jeûne intense. Nous reconnaissons que, si ce n’est pas Dieu qui bâtit la maison, notre travail est en vain. Dieu a rempli notre cœur d’attentes nouvelles concenant ce qu’Il veut faire à travers nous en 2013.  La prière sera à coup sûr une dimension importante de notre travail et nous comptons que davantage d’églises dans le monde se joignent à notre campagne de prière Esaïe 62.

Un autre domaine de notre ministère dans lequel nous pensons nous engager davantage est le secteur de l’éducation en Israël dans lequel de nouvelles portes se sont ouvertes pour nous récemment.

L’an dernier, Dieu nous a ouvert de nouvelles opportunités pour diffuser notre message dans le monde au moyen de la télévision par satellite. Par le biais de la chaîne Daystar, nous pouvons atteindre un auditoire de millions de personnes trois fois par semaine. Nous comptons développer encore ce travail ainsi que nos autres moyens de communication.

Comme toujours, nous sommes entièrement consacrés au service des plus démunis en Israël. Nous nous préparons à agrandir de nouveau le Foyer de Haïfa pour survivants de la Shoah cette année tout en continuant à subvenir aux besoins quotidiens des résidents actuels. En dépit de la croissance économique en Israël, une grande partie de la population continue à vivre dans la pauvreté.

Nous projetons bien entendu d’organiser une autre belle célébration de la Fête des Tabernacles cette année. Celle de 2012 a été caractérisée par beaucoup de prière et une forte présence du Seigneur. Nous attendons la même chose pour celle de cet automne avec de nouvelles manifestations qui béniront nos pèlerins. Son thème, « La moisson », sera très opportun étant donné ce qui se passe dans le monde.

Je crois vraiment que 2013 sera une année de défis mais aussi de grandes bénédictions. Ma prière est que Dieu nous permette de faire de grands exploits pour Lui et pour Sa gloire. Il reste bien des choses à accomplir, mais Ses ressources sont illimitées. Rappelez-vous que nous servons un Dieu qui dit de Lui-même :

« Toute autorité m’a été donnée au ciel et sur la terre. » (Matthieu 28.18)

Ce qui signifie que, s’Il est avec nous, qui pourra être contre nous ! Alors, levons la tête et accomplissons l’œuvre du Seigneur tous ensemble !


Dr. Jürgen Bühler est directeur général  de l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem.

 

Share this: