UNE ANNEE POUR RESTAURER L’ESPERANCE !

Attendons-nous à ce que Dieu nous utilise en 2012

Version imprimableSend by email
UNE ANNEE POUR RESTAURER L’ESPERANCE !

 

L’année 2011 aura été une année extraordinaire sur bien des plans et nous rappelle la parole du prophète Aggée qui voyait une époque où Dieu allait ébranler tout ce qui pourrait l’être. En mars, nous avons été témoins des images apocalyptiques du tsunami qui a touché le Japon, auquel a succédé une série de désastres naturels. Les statistiques montrent que, dans les 30 dernières années, le nombre de catastrophes naturelles a augmenté de 300 %. L’Union européenne est touchée par la plus grande crise financière depuis l’instauration de l’Euro. Les Américains sont de plus en plus divisés sur les principes fondateurs de leur nation et sur leur rôle au plan international.

Au Moyen-Orient, la région entière a été ébranlée. Des dictateurs âgés ont été chassés et remplacés par des factions islamistes. Après 30 années de paix avec Israël, l’Egypte, aujourd’hui contrôlée par les Frères musulmans, est décidée à revenir sur le traité de paix de Camp David. Des raisons de craindre pour Israël…

Dans un récent bilan de fin d’année, Roger Cohen, chroniqueur  du New York Times déclare « L’Euroland est en grande souffrance, l’Amérique est dans l’angoisse, l’Asie dans l’incertitude et la rue arabe dans la colère. Chacun ressent les douleurs d’enfantement de la mondialisation. »

Il n’aurait guère pu donner de meilleure description de ce que Jésus a prédit il y a 2000 ans en parlant de la fin des temps : « Et sur la terre il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire…, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre, car les puissances des cieux seront ébranlées. » (Luc 21.25-26)

Alors, quelle est notre position à nous, chrétiens ? Sommes-nous dans l’angoisse et la perplexité ?

Depuis la renaissance d’Israël, en 1948, la plupart des Evangéliques (dont je suis) croient que nous sommes dans les derniers temps. Mais cette pensée donne à beaucoup de chrétiens de désespérer. Je participe depuis de nombreuses années à des conférences prophétiques et à des rassemblements pour Israël autour du globe et je constate que, bien trop souvent, les messages apportés ne prédisent que des temps sombres pour Israël et les nations.  

Nous devons nous poser une question essentielle : A quelle vision du monde souscrivons-nous ? Je reconnais que la parole de Dieu prédit des temps difficiles tels que le monde n’en a jamais connus. Mais cette perspective ne devait pas nous donner une vision fataliste du monde dans laquelle on ne pourrait rien attendre de bon. En réalité, si nous ne nous attendons pas à ce que quelque chose de bon arrive, c’est que nous avons perdu l’espérance.

Le prophète Joël a vu les nations se rassembler, un jour, dans la vallée de Josaphat (la vallée du Cédron, à Jérusalem) pour y être jugées par Dieu pour avoir maltraité Israël. Mais ce même prophète a pu également voir Dieu déverser Son Esprit sur toute chair « avant le grand et terrible jour du Seigneur ». Bien qu’il ait compris le sérieux des jugements annoncés par Dieu à la fin des temps, Joël a aussi parlé d’un réveil et a proclamé un message plein d’espoir disant que « quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. »  

Le prophète Daniel décrit, au chapitre 11, l’avènement d’un personnage méchant et effrayant qui « fera la guerre » aux saints. Toutefois, au milieu de cette sombre période, « ceux qui connaîtront leur Dieu agiront avec fermeté et feront de grands exploits ». Bien qu’il voie les rachetés dans une grande persécution, Daniel les voit aussi victorieux et triomphants.

Au chapitre 12, ce même prophète voit « une époque de détresse telle qu’il n’y en a point eu depuis que les nations existent ». Et, dans le même temps, Daniel voit les saints non comme des êtres faibles et vaincus, mais brillant comme les étoiles sur un sombre firmament et enseignant la justice à la multitude. Nous ne devons pas oublier que, même dans les périodes les plus sombres qui s’annoncent, la parole de Dieu prévoit un corps de croyants qui auront un impact incroyable, qui feront de grands exploits et conduiront beaucoup de leurs congénères à la justice.

Trop de chrétiens se plaisent à fixer leur regard sur le côté sombre de la prophétie biblique, ce qui fausse leur vision pour Israël, l’Eglise et même leur propre vie. Quelle est votre vision pour l’avenir ? Pouvez-vous vous imaginer être utilisé par Dieu en 2012 ?

Ne vous y trompez pas ! La parole de Dieu ne promet pas que les temps vont devenir plus faciles  au contraire. Mais au milieu des bouleversements et de l’insécurité, les gens autour de nous vont chercher des réponses. Si nos perspectives d’avenir sont centrées sur les apostasies et les guerres, qui aura envie de se joindre à nous ?

Soyons plutôt de ceux qui restaurent l’espérance !

Jürgen Bühler est directeur général de l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem. Ce commentaire a été publié dans le numéro de janvier 2012 de l’Edition chrétienne du Jerusalem Post (www.jpost.com/ce).

 

Share this: