Change Region:France

Top Menu - FR

Vague d'Aliyah en 2015

Version imprimableSend by email
Vague d'Aliyah en 2015

Les événements dramatiquesà Paris ces derniers jours ont tiré la sonnette d’alarme  dans le monde quant à la dangereuse recrudescence de l'antisémitisme en Europe. Mais pour les Juifs en France et partout sur le continent, c’était surtout un rappel écrasant de la dure réalité qu'ils vivent déjà depuis des années.

Bien avant l'attentat terroriste dansles bureaux du journal Charlie Hebdo et la prise d’otages mortelle au supermarché casher à Paris au week-end, quand on rendait visite aux communautés juives partout en Europe, on trouvait un peuple en état de siège. Les synagogues, musées et centres communautaires ont tous des détecteurs de métaux et des gardes armés postés à l’extérieur. Les écoles et les séminaires juifs ressemblent à des forteresses.

De fait,les attentats terroristes à Paris n’ont fait que briser ce qui restait d’un sentiment de sécurité pour une grande partie de la communauté juive européenne. L'espoir que leurs gouvernements pourraient d’une manière ou d’une autre les protéger est en train de disparaître.

Mais les protéger de quoi ?

Même avec l'indignation du public sur les attentats àParis et les rassemblements massifs d’«unité» dans les rues de France, la plupart des dirigeants du monde ne veulent toujours pas identifier la menace réelle qui traque désormais les Juifs d'Europe : le fléau du djihadisme islamique.

Lesrassemblements se sont déclarés à la fois contre l'antisémitisme et contre l'islamophobie, comme s’ils faisaient chacun autant de victimes.

A l’heure actuelle, lamenace croissante qui pèse sur la communauté juive européenne est un mélange extrêmement toxique. Tout d'abord, chezles Européens de souche, on trouveencore beaucoup d’antisémitisme classique qui les induit à diffamer Israël comme étant l’une des causes principales de l'extrémisme musulman. Ajoutez à cela la violence de la jeunesse dans les communautés croissantes d’immigrés musulmans d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Et maintenant des djihadistes formés localement reviennent de champs de bataille dans des endroits comme le Yémen, l'Irak et la Syrie en tant que miliciens bien entrainés à la recherche de proies juives faciles.

Pas étonnant alorsque les Juifs commencent à quitter la France en nombre record. En 2014, l’alya française a atteint un niveau sans précédent avec près de 7000 Juifs s’installant en Israël. Dans l'histoire moderne d'Israël, c’est la première fois que le plus grand nombre d'immigrants juifs vient d'un pays occidental.

Les autoritésde l'Agence Juive anticipaient déjà que ce nombre doublerait en 2015 à environ 15 000. Et c’était avant les attentats terroristes de Paris. On s’attend maintenantà une accélération accrue de l’aliya juive française.

L'an dernier, quelque 50000 Juifs français se sont adressés à l'Agence juive pour informations sur l’immigration en Israël. Rien que cette semaine (à la date de cet article), 2000 de plus ont signé pour commencer le processus de l'alya.

C’est ainsi que l'Agencejuive a demandé à l'ICEJ d’aider au financement de l'énorme afflux de Juifs français qui devraient revenir à la maison en Israël en 2015.

On estime généralementque la plupart des Juifs de France ont les moyens de déménager en Israël. Mais enréalité, près de la moitié des 550 000 Juifs de France se trouvent là parce qu’ils ont dû fuir l'Afrique du Nord il y a plusieurs générations. Beaucoup vivent encore dans les quartiers pauvres à côté d’immigrants musulmans qui sont venus des mêmes pays, à savoir leMaroc, l'Algérie et la Tunisie.

A l'heure actuelle, ce sont eux les plus vulnérables, et les moins en mesure de payer les frais de déménagement dans un autre pays. Selon l'Agence juive, ce sont les Juifs séfarades en France qui se sentent le moins en sécurité et montrent le plus d'intérêt dans l'aliya en ce moment.

L'ICEJ financera des séminaires sur l'aliya, le transport terrestre, les billets d'avion, les coûts d'absorption et autres dépenses engagées dans le processus d'immigration. L'Agence Juive estime que le coût moyen pour ceux qui ont besoin d'aide est de 1000 eurospar personne.

Veuillez, s’ il vous plaît, faire un don aujourd'hui pource besoin urgent. Aidez-nous à ramener à la maison davantage de Juifs français avant qu'il ne soit trop tard !

 

 

 

 


Aidez les Juifs français à faire leur  aliya. L'ICEJ financera des séminaires sur l'aliya, le transport terrestre, les billets d'avion, les coûts d'absorption et autres dépenses engagées dans le processus d'immigration. L'Agence Juive a estimé que le coût moyen pour ceux qui ont besoin d'aide est de 1000 eurospar personne.

Faites un don maintenant !


 

Share this: